• L'élevage

     

    Des cochons en plein air...

     

    Nos cochons sont issus de croisements de plusieurs races (Bayeux, Gascon, Cul noir du Limousin, Mangalitza). Les naissances ont lieu à la ferme. Le mâle reproducteur (le verrat) et plusieurs femelles (les coches) sont sélectionnés parmi les animaux les mieux adaptés aux conditions d'élevage.

     

    L'élevage

     

    Nous conduisons cet élevage avec la volonté de produire de la viande de qualité à partir de races rustiques, et toujours avec le soucis de l'animal.

     

    L'élevage

     

    L'élevage

     

     

    ... des choix d'élevage

     

    Si les cochons sont en extérieur, dans de nombreux parcs parsemés de cabanes, ce n'est pas sans conséquence pour l'élevage. Notre travail quotidien n'en est pas facilité (approvisionnement en nourriture et en eau, tri des cochons...). Le choix même de ce terrain pentu peut paraître handicapant pour l'éleveur ; mais il faut alors avoir en tête que cette butte de terre et rochers est impropre à la culture maraîchère ou céréalière, et que les cochons abîmant considérablement les sols il est préférable de les voir sur ce type de terrains.

    Mais, et c'est cela qui est le plus important à nos yeux, cette condition d'élevage (en extérieur avec de vastes espaces) est celle qui donne à l'animal les meilleures conditions de vie possibles au sein d'un élevage.

    Nous avons cependant effectués quelques modifications avec le temps : d'un très grand parc accueillant tous les cochons, toutes générations confondues, nous sommes passés à plusieurs parcs, de tailles différentes, pour plusieurs raisons :

    • isoler les coches peu de temps avant la mise bas nous a finalement semblé préférable afin de mieux quantifier la nourriture de la truie, puis des petits ; pour pouvoir réaliser un sevrage vers 2 mois et permettre à la truie de ne pas s'épuiser...
    • en étant tous ensemble, les cochons sont sont en forte concurrence pour la nourriture, ce qui génère un stress et un retard de croissance
    • l'examen des cochons, les soins éventuels ne sont pas facilités quand ils sont à réunis à 80 !

     

    Un autre choix que nous faisons est de faire naître les porcelets à la ferme ; cette façon de procéder n'est pas si fréquente et nombreux sont les éleveurs qui achètent des petits porcelets à engraisser. Notre choix rend difficile les prévisions d'élevage (nombre de cochons au sein du cheptel, moment des naissances et donc de l'âge prévu avant abattage, stocks de nourritures à prévoir, etc). Et nous refusons l'utilisation des "cages de naissance" où l'on enferme la truie une semaine avant la mise bas et une semaine après, l’empêchant de se retourner (et donc d'écraser maladroitement ses petits). Tout devient alors un peu moins rationnel et prévisible que dans beaucoup d'élevages.

    Là encore plusieurs motivations à ce choix :

    • cela nous permet de réaliser des croisements entre plusieurs races, de voir quels animaux permettront de combiner plusieurs facteurs souhaitables en terme d'élevage (comportement, résistance, production de viande en qualité et quantité).
    • La qualité de la viande est différente de celle obtenue avec des cochons charcutiers roses devenus aujourd'hui très classiques. Nos cochons mettent plus de temps à grossir (là où certains élevage pratiquent l'abattage régulier dès 7 mois, nous laissons la plupart du temps - sauf contraintes - le cochon vivre jusqu'à 12 à 14 mois). Cette lenteur de croissance permet à la viande d'acquérir un goût plus fin, de se persiller...
    • Au-delà de ces considérations d'éleveurs, naître dans la ferme où ils passeront leur vie entière est ce qu'il y a de moins brutal pour l'animal qui n'a pas à être transporté et changé d'élevage au cours de sa croissance.

     

     

    Un élevage de vaches Galloway

     

    La Galloway est une race à viande de qualité supérieure, naturellement sans corne, originaire du sud-ouest de l'Écosse.

    Ce sont des animaux paisibles, peu exigeants, à croissance lente, vigoureux, résistants et reconnus pour leur longévité.

    Ces qualités associées au fait que la Galloway n'effectue pas un tri draconien de son fourrage en fait une race de choix pour les pentes de Chazeaux désertées par l'élevage et aujourd'hui en grande partie en friche.

     

    L'élevageL'élevage

     

     

    Et l'agriculture biologique dans tout ça ?

     

    Les vaches et leurs pâturage sont actuellement en conversion agriculture biologique.

    Pour les cochons c'est un peu différent puisque nous sommes dépendants pour l’approvisionnement en nourriture : nous achetons actuellement des granulés de céréales produits en Rhône-Alpes et garantis sans OGM. C'est un travail supplémentaire auquel nous ne renonçons pas que de trouver des fournisseurs de céréales biologiques pour nos cochons. Peut-être que cela se fera progressivement par l'introduction d'une céréale biologique en complément des céréales utilisées actuellement. Nous sommes totalement convaincus de la nécessité d'une agriculture biologique ; il nous serait par contre douloureux de devoir vendre notre viande à un prix qui exclurait une partie de notre clientèle qui est pour l'essentielle locale et qui participe en cela à donner du sens à notre travail.

     

    ***

     

    Voici un article intéressant, qui questionne la possibilité de continuer des élevages comme le nôtre et qui explique comment on ouvre la voie vers un enfermement des animaux et la disparation des petites fermes (en France comme partout dans le monde)

    Télécharger « Au nom de la biosécurité, par Lucile Leclair (Le Monde diplomatique, novembre 2020).pdf »